Skip to main content
égypte

À la COP27 en Égypte, un coup de projecteur sur l'opportunité du leadership du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord

10 novembre 2022 Domaine de travail : carburants à zéro émission de carbone

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit une augmentation de plus de 500 % de la demande mondiale d'hydrogène d'ici à 2050, à mesure que le monde passe de sources de combustibles à fortes émissions à des sources à faibles émissions. Le rôle de ce carburant sans carbone - et la recherche d'une offre permettant de répondre à la demande prévue - est l'un des principaux sujets de discussion de la COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte, en particulier alors que les gouvernements doivent faire face à des impératifs qui se recoupent : réduire les émissions de gaz à effet de serre, garantir l'approvisionnement en énergie et permettre le développement économique. Tous les regards étant tournés vers la région hôte, les parties prenantes du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord ont l'occasion de se positionner en tant que leaders dans cette nouvelle économie énergétique.  

Opportunités pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord  

CATF montre qu'avec les investissements et les signaux de demande adéquats, la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord peut exploiter son expertise technique, ses actifs financiers, ses ressources naturelles et sa position géographique pour jouer un rôle de premier plan dans l'approvisionnement en énergie décarbonée dans le monde. Situés au carrefour de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique - chacun ayant ses propres besoins énergétiques - les gouvernements du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord sont bien placés pour exploiter de multiples marchés. Ce faisant, ils pourraient se positionner pour une réussite à long terme dans l'économie énergétique du futur, en faisant l'essai de solutions climatiques innovantes telles que la capture et le stockage du carbone et le contrôle des émissions de méthane en amont, tout en augmentant simultanément leur propre approvisionnement en énergie propre.  

Bien que ce nouveau marché mondial n'en soit qu'à ses débuts, nous avons constaté des progrès encourageants dans la mise à l'échelle rapide des infrastructures nécessaires à la production. Mais si certains pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord prévoient de faire progresser ces solutions, beaucoup indiquent qu'ils auront besoin d'une coopération internationale pour montrer que la demande existe. Ces producteurs potentiels d'hydrogène souhaitent que les acheteurs potentiels reconnaissent que le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord disposent d'un fort potentiel et d'une grande capacité en matière de ressources, et qu'ils soient prêts à se procurer le site carburants à zéro émission de carbone généré à l'aide d'un large éventail de technologies, notamment le gaz naturel avec capture du carbone et contrôle du méthane, l'énergie éolienne et solaire, l'énergie nucléaire et la géothermie. Cela nécessitera une meilleure compréhension des réalités du système énergétique mondial partout dans le monde, ainsi qu'une coordination mondiale et des partenariats nouveaux et renforcés pour encourager le développement de ce marché. 

Aperçu des activités liées aux carburants sans carbone au Moyen-Orient et en Afrique du Nord  

L'Arabie saoudite, Oman et les Émirats arabes unis ont déjà annoncé de nombreux projets visant à produire de l'hydrogène à partir d'énergie éolienne et solaire et de gaz naturel équipé d'un système de capture et de stockage du carbone et d'atténuation du méthane. Ces projets sont principalement orientés vers l'exportation de carburants à base d'hydrogène pour les secteurs du transport et de l'électricité, deux secteurs réputés difficiles à décarboniser. Plusieurs pays de la région se sont également montrés prometteurs sur le front de l'atténuation des émissions de méthane, une condition essentielle à la production d'hydrogène à faibles émissions, en rejoignant le Global Methane Pledge. L'Égypte, signataire de l'Engagement mondial pour le méthane, a également concrétisé ses ambitions en réduisant considérablement le brûlage à la torche dans son secteur pétrolier et gazier. Un certain nombre d'entreprises de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord ont également annoncé leur engagement à réduire leurs émissions de méthane.  

En outre, il existe désormais de nombreux protocoles d'accord entre les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord et les pays d'Asie et de l'UE qui couvrent la production et l'exportation de carburants à zéro émission de carbone.  

Figure 1 : Aperçu des accords établis en 2020-2022 entre les pays de la région MENA et l'industrie mondiale sur le développement de carburants à zéro émission de carbone.

La traduction de ce premier lot de protocoles d'accord bénéfiques pour le climat en projets réels permettrait aux pays de mettre en valeur leur expertise technique et de démontrer la faisabilité du déploiement des technologies nécessaires à la décarbonisation à long terme. Cela renforcerait le rôle de la région en tant que partenaire fiable en matière d'énergie propre, répondant aux besoins de sécurité énergétique à court terme tout en aidant les grands importateurs d'énergie comme l'Europe et d'autres régions à décarboniser leurs systèmes énergétiques.  

La réussite finale dépendra du passage de la planification de projets ponctuels d'énergie propre à une approche plus systématique et à long terme de la création de futurs marchés mondiaux pour carburants à zéro émission de carbone, à mesure que les consommateurs s'éloignent de la consommation effrénée de combustibles fossiles. Pour ce faire, il faudra surmonter les difficultés initiales que pose le site carburants à zéro émission de carbone - notamment son coût élevé, le manque de développement des infrastructures et l'absence de demande significative. Pour qu'un marché commence à se développer, des efforts coordonnés sont nécessaires pour accélérer la mise à l'échelle de la production d'hydrogène à faible teneur en carbone.  

Il faudra un engagement et une coopération internationale pour créer de nouveaux marchés qui reconnaissent les carburants bénéfiques pour le climat. CATF travaille avec des parties prenantes des États-Unis, du Moyen-Orient et d'Europe pour définir les caractéristiques d'un marché mondial de l'hydrogène.  

Postes connexes

Tenez-vous au courant des actualités !

inscrivez-vous pour recevoir le dernier contenu de CATF

"*" indique les champs obligatoires