Skip to main content
Lignes électriques en Afrique

Où en est l'Afrique subsaharienne dans la course au net-zéro ?

10 juin 2021 Domaine de travail : Accès à l'énergie

Cet article a été initialement publié par EurActiv.


Les gouvernements africains sont confrontés à des besoins économiques plus urgents que la réduction des émissions. Mais la satisfaction de ces besoins et la croissance des économies du continent dépendront de l'évolution de leurs systèmes énergétiques.

Depuis que les pays ont commencé à annoncer des engagements nets zéro, un continent est resté particulièrement silencieux : l'Afrique. À l'exception du Malawi et de l'Afrique du Sud, les gouvernements de tout le continent ont fait très peu de déclarations.

Et il y a de bonnes raisons à cela. Si les Africains se préoccupent du changement climatique en raison de la vulnérabilité de la région à ce phénomène, de nombreux gouvernements africains doivent faire face à des besoins plus pressants et à des menaces immédiates si leurs citoyens veulent vivre pour voir l'avenir climatique auquel nous aspirons.

Mais la satisfaction de ces besoins fondamentaux et la croissance des économies de l'Afrique subsaharienne pour répondre aux aspirations de ses citoyens dépendent dans une large mesure de l'évolution des systèmes énergétiques du continent.

Le terme "net-zéro" est devenu un mot à la mode après la publication du rapport 2018 du GIEC, qui a révélé qu'une action rapide et transformatrice était nécessaire pour limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5°C à la fin du siècle et éviter les impacts catastrophiques du changement climatique.

Les parties à l'Accord de Paris ont été encouragées à adopter des engagements plus ambitieux pour soutenir l'objectif net zéro d'ici 2050. À l'heure actuelle, 44 pays et l'Union européenne (représentant ensemble 70 % de l'économie mondiale et des émissions de CO₂) et quelque 1500 entreprises se sont engagés à atteindre l'objectif zéro net.

Mais ces engagements ne sont toujours pas suffisants pour nous placer sur une trajectoire de 1,5°C, selon le récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui trace les grandes lignes d'une transition énergétique mondiale compatible avec les objectifs climatiques.

Le rapport de l'AIE sur les émissions nettes zéro propose une alternative aux promesses annoncées (et aux politiques actuelles) et définit une voie potentielle pour faire passer le monde à une trajectoire nette zéro d'ici 2050. Si cette voie ambitieuse est une excellente nouvelle du point de vue du climat, elle soulève de nombreuses questions et préoccupations en Afrique subsaharienne.

Alors que le monde s'efforce d'opérer une transition nette zéro d'ici 2050, l'Afrique se prépare à un énorme changement démographique. Plus de la moitié des deux milliards de personnes qui viendront s'ajouter à la population mondiale d'ici à 2050 seront des Africains.

L'urbanisation devrait se poursuivre à un rythme sans précédent dans la région, plus d'un demi-milliard de personnes faisant partie de la population urbaine africaine d'ici 2040. Ces changements démographiques et de population auront des répercussions importantes sur la demande d'énergie pour le transport, l'industrie et le refroidissement.

À cela s'ajoute la nécessité d'offrir l'accès à l'électricité à près de 600 millions d'Africains subsahariens d'ici à 2030, sans oublier le besoin urgent de modifier les comportements en matière de cuisson, qui ne reposent plus sur la biomasse inefficace.

L'Afrique subsaharienne abrite 33 des 47 pays les moins développés du monde. Elle affiche un taux moyen d'émissions de CO₂ des émissions de 0,8 t de COsoit dix fois moins que la moyenne de 8 t de CO₂ dans les économies avancées. Le Tchad, le Burundi, le Niger, la Sierra Leone, la Somalie, l'Éthiopie, le Malawi, le Rwanda et l'Ouganda ont des émissions par habitant encore plus basses, allant de 0 - 0,1 t de CO.

Du point de vue de l'Afrique, la question n'est pas de savoir si une trajectoire mondiale d'émissions nettes nulles est possible compte tenu des progrès technologiques actuels et futurs. Il s'agit plutôt de savoir comment la région la plus pauvre et bientôt la plus peuplée du monde sortira sa population de la pauvreté et s'engagera simultanément dans une transition vers des émissions nettes nulles.

L'AIE reconnaît que la transition énergétique doit être inclusive. Dans le cadre de sa trajectoire nette zéro, l'accès universel à l'électricité est atteint d'ici 2030, grâce à une combinaison de mini-réseaux, de systèmes autonomes et de réseaux centralisés.

Le changement de combustible et l'accès à des technologies améliorées permettront à tous d'avoir accès à une cuisine propre d'ici 2030. Toutefois, ces projections semblent extrêmement optimistes. L'évidence des tendances actuelles montre que nous allons dans la direction opposée.

D'ici 2030, 620 millions de personnes pourraient ne pas avoir accès à l'électricité ; 85 % d'entre elles seront des Africains subsahariens. Dans le domaine de la cuisson, la croissance démographique continue de dépasser les progrès réalisés dans l'élargissement de l'accès à des options plus propres.

Une action radicale est nécessaire pour changer de cap. Les engagements financiers en faveur de l'électrification dans les pays d'Afrique subsaharienne restent faibles, et certains pays font état d'une baisse.

Les cadres politiques pour les technologies hors réseau ont connu quelques progrès, mais les politiques pour l'électrification du réseau restent à la traîne dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne qui présentent de graves lacunes en matière d'accès à l'électricité. Cette situation doit changer.

L'AIE préconisant une forte poussée de l'électrification, l'Afrique subsaharienne aura besoin d'investissements importants pour construire de nouvelles infrastructures de réseau et investir dans des technologies efficaces et des infrastructures de soutien dans les transports et d'autres secteurs, afin de soutenir l'ampleur de cette transition.

On pourrait faire valoir que l'Afrique subsaharienne peut bénéficier d'un saut technologique et d'un soutien financier de la part des économies avancées, comme certains pays l'ont fait avec l'avènement des technologies mobiles et de l'internet. Mais l'histoire nous a appris que l'Afrique ne peut pas dépendre du soutien international pour développer un avenir énergétique durable ou sortir sa population de la pauvreté.

La vérité toute simple est que les pays les plus riches sont mieux à même d'investir dans l'assainissement de leurs systèmes énergétiques. Une Afrique plus prospère sera mieux placée pour construire un avenir énergétique durable qui profitera à ses habitants et au climat.

Le défi du cadre "net zéro" exige une nouvelle approche pour repenser la transition énergétique mondiale, une approche qui place les besoins en développement humain des pays d'Afrique subsaharienne au cœur du débat sur le climat.

Une approche unique de la transition énergétique ne sera pas bénéfique pour la sous-région ni pour le monde.

Et si l'abandon des combustibles fossiles est nécessaire à l'échelle mondiale, l'Afrique subsaharienne aura besoin de temps pour développer des voies réalistes vers cette transition, qui tiennent compte des ressources uniques et des aspirations de croissance des pays à faible revenu.

Une transition juste n'est pas le fruit d'une rhétorique - elle exige un engagement profond et des décisions difficiles. Elle peut exiger des pays avancés qu'ils consentent plus d'efforts qu'ils ne le souhaiteraient, afin que d'autres puissent également avoir l'espace nécessaire pour se développer et avoir une vie décente.

Cette prise de conscience devrait être le fondement de l'évolution vers le "net zéro".

Postes connexes

Tenez-vous au courant des actualités !

inscrivez-vous pour recevoir le dernier contenu de CATF

"*" indique les champs obligatoires