Skip to main content

Clean Air Task Force Déclaration sur la stratégie de la Commission européenne concernant le méthane

14 octobre 2020 Domaine d'activité : Méthane

La Commission européenne a publié aujourd'hui la "stratégie de l'UE en matière de méthane", qui servira de point de départ à un processus d'élaboration d'une législation visant à limiter la pollution par le méthane. La réduction du méthane émis par le secteur pétrolier et gazier en Europe et par le gaz que l'Europe importe est l'un des moyens les plus rapides et les plus efficaces de ralentir le rythme du changement climatique mondial.

"L'UE doit être félicitée pour avoir mis la réduction des émissions de méthane provenant de l'industrie pétrolière et gazière au premier plan de l'action climatique, et nous pensons que le leadership de l'UE en matière de méthane peut être une puissante incitation pour les autres pays à faire de même", a déclaré Jonathan Banks, Clean Air Task Force , directeur international du programme méthane. "À mesure que nous avançons dans le processus, il sera important que la Commission et le Parlement n'utilisent la stratégie que comme un point de départ, et qu'ils cherchent à mettre en œuvre des politiques ambitieuses pour réduire les émissions de méthane provenant du gaz domestique et importé. Le véritable travail sur le méthane ne fait que commencer."

L'Europe est le premier importateur mondial de pétrole et de gaz, et même dans les scénarios de décarbonisation les plus agressifs, le gaz fera partie du système énergétique européen pendant un certain temps. Des politiques énergiques visant à réduire les émissions de méthane provenant de tous les combustibles produits ou consommés en Europe - y compris les émissions provenant de la production hors d'Europe - contribueront à garantir que l'Europe puisse atteindre son objectif de neutralité climatique.

D'ici à 2030, des normes européennes strictes en matière de méthane, tant pour le gaz domestique que pour le gaz importé, pourraient permettre de réduire plus de cinq millions de tonnes de méthane par an, réduisant ainsi le réchauffement à court terme autant que le remplacement d'environ 120 centrales électriques au charbon par une production sans carbone.

La stratégie d'aujourd'hui en matière de méthane présente quelques actions clés :

  • Engagements législatifs pour 2021. La Commission a déjà publié son intention de légiférer au deuxième trimestre de 2021 pour la détection et la réparation des fuites (LDAR) et la surveillance, le rapport et la vérification (MRV). Il s'agit d'une avancée positive, car des politiques solides en matière de LDAR et de MRV sont les clés de voûte de politiques efficaces de réduction du méthane. En élaborant ses propositions législatives, la Commission doit s'assurer que le LDAR est obligatoire et fréquent (au moins trimestriel) et que le MRV repose sur des enquêtes complètes sur les équipements, des rapports granulaires et détaillés, et l'application des facteurs d'émission les plus récents, avec une directive pour passer aux données de mesure réelles dans les deux ans.
  • Législation éventuelle sur la ventilation et le torchage. La Commission a annoncé qu'elle pourrait proposer une action législative visant à interdire les opérations courantes de ventilation et de brûlage à la torche d'ici 2025 et à fixer des normes d'efficacité pour le brûlage d'urgence. Il ne devrait pas s'agir d'une possibilité, mais plutôt d'un engagement à interdire ces pratiques hautement polluantes et coûteuses au cours de l'année prochaine. Cet engagement devrait également inclure l'obligation de remplacer spécifiquement les équipements qui sont intentionnellement conçus pour évacuer les gaz.
  • Le méthane importé. L'importation de gaz par l'Europe s'accompagne d'un important problème de pollution par le méthane. La nouvelle stratégie de la Commission a créé une ouverture pour une norme de performance en matière de méthane qui s'appliquerait à tout le gaz vendu ou consommé en Europe. Si elle est correctement mise en œuvre, cette norme pourrait entraîner des réductions d'émissions très importantes et contribuer à étendre la lutte contre le méthane à de nombreuses autres régions du monde, ce qui augmenterait encore l'impact des mesures prises par l'UE.

Contexte supplémentaire:

Le méthane a un pouvoir de piégeage de la chaleur plus de 80 fois supérieur à celui duCO2, et ses niveaux ont augmenté plus rapidement que prévu dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, nous rapprochant du précipice des rétroactions climatiques incontrôlées. Si cette tendance se poursuit, il pourrait s'avérer impossible d'atteindre les objectifs de l'accord, même avec des réductions deCO2 agressives et audacieuses.

Les émissions mondiales de méthane ont augmenté de 50 millions de tonnes métriques depuis 2000 - une tendance profondément alarmante, car ce méthane supplémentaire aura, au cours des prochaines décennies, des répercussions climatiques similaires à celles des émissions deCO2 de toutes les centrales électriques, des transports et du chauffage résidentiel et commercial des États-Unis réunis. Les émissions provenant de la production de combustibles fossiles auraient contribué à plus de 30 % de ce total. En d'autres termes, les émissions de méthane provenant des combustibles fossiles ont augmenté d'environ 16 millions de tonnes métriques au cours des 20 dernières années.

Postes connexes

Restez au courant

Sign up today to receive the latest content, news, and developments from CATF experts.

"*" indique les champs obligatoires