Skip to main content

Le décor est planté pour le dernier acte de l'administration Obama sur le climat

1er février 2016

Depuis plus de sept ans, l'administration Obama a mis en place une série de politiques visant à réduire les gaz à effet de serre provenant des plus grandes sources industrielles des États-Unis. Plan d'action pour le climatet a établi une série d'objectifs objectifs à atteindre par les États-Unis : 17 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2020, et 26-28 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2025 ; ce dernier objectif est notre engagement national qui a été présenté lors des récentes négociations sur le climat à Paris. Pour parvenir à ces réductions, l'administration a mis en œuvre des réglementations concernant les voitures et les camions, ainsi que les centrales électriques, les deux principales sources de CO2 aux États-Unis. En outre, l'administration a proposé (et doit finaliser) des règlements qui réduiraient les émissions de CO2 des véhicules utilitaires lourds, des réglementations visant à réduire le méthane provenant des décharges, des révisions de bon sens des réglementations relatives aux HFCune catégorie très puissante de gaz à effet de serre. En outre, l'administration travaille à la conclusion d'un accord international visant à réduire les émissions de HFC.

En ce qui concerne le méthane, le Président a demandé à l'EPA de fixer un objectif de réduction des émissions de méthane provenant de la plus grande source industrielle de l'Europe. source industrielle la plus importantele secteur pétrolier et gazier, de 40-45% par rapport aux niveaux de 2012. La réalisation de l'objectif de réduction du méthane fixé par le président est impérative pour atteindre les objectifs plus larges de l'administration en matière d'économie. Et pourtant, il s'agit d'une tâche relativement simple à réaliser. Avec une seule action exécutive, la réglementation des sources existantes de pollution au méthane dans l'industrie pétrolière et gazière, le président pourrait atteindre l'objectif de réduction du méthane de l'administration. Le décor est désormais planté pour le dernier acte des efforts de l'administration Obama en matière de changement climatique.

À ce jour, les États-Unis ont pris des mesures très positives pour réduire les émissions atmosphériques du secteur pétrolier et gazier. En 2012, l'EPA a finalisé des normes visant les composés organiques volatils (COV) provenant de certaines sources de l'industrie pétrolière et gazière. Si cette norme a permis d'obtenir le co-bénéfice de certaines réductions de méthane, des segments entiers de l'industrie ont été ignorés parce que les COV, et non le méthane, étaient le polluant cible. De plus, même avec les normes COV de 2012 en place, les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier devraient encore augmenter par rapport aux niveaux de 2012.[1]

Dans une démarche positive pour remédier au problème posé par l'augmentation des émissions de méthane, l'EPA a proposé en août 2015 les premières normes fédérales sur le méthane dans le secteur du pétrole et du gaz aux États-Unis - et les premières normes sur les gaz à effet de serre pour le secteur pétrolier et gazier - couvrant une liste beaucoup plus large de sources nouvelles et modifiées dans la production pétrolière et gazière, le traitement du gaz naturel et les industries de transport et de stockage du gaz qui n'avaient pas encore été abordées.

Mais l'EPA n'a pas abordé la question du méthane provenant de la quasi-totalité des installations existantes. existantes sources de pollution au méthane dans le secteur pétrolier et gazier. Une étude réalisée en 2014 par ICF International prévoit que les émissions des sites qui existaient en 2011 (qui ne seront pas soumis aux règles de 2012 ou de 2015 proposées par l'EPA) représenteront 90 % des émissions totales de méthane du secteur en 2018.[2] En outre, les réglementations proposées omettent un certain nombre de sources d'émissions clés, notamment le déchargement des liquides et les contrôleurs pneumatiques à purge intermittente.

L'omission de l'EPA de couvrir le méthane provenant de sources existantes est cependant devenue une sorte d'anomalie. En février 2014, Colorado est devenu le premier État à sévir contre la pollution par le méthane provenant de sources nouvelles et existantes dans le secteur du pétrole et du gaz. L'EPA a utilisé le travail du Colorado pour élaborer sa proposition de réglementation, mais a choisi de ne s'attaquer qu'aux sources nouvelles et modifiées. Puis, la semaine dernière, Pennsylvanie a annoncé un processus d'élaboration de réglementations et de politiques visant à lutter contre le méthane provenant de sources nouvelles et existantes. La semaine dernière également, le Bureau américain de gestion des terres (BLM) a annoncé une proposition de réglementation pour lutter contre le méthane provenant de sources nouvelles et existantes sur les terres publiques. La Californie a également entamé un processus d'élaboration de réglementations pour les sources nouvelles et existantes de méthane dans le secteur pétrolier et gazier, un processus qui sera alimenté par la poursuite de la gigantesque catastrophe d Aliso Canyon à Porter Ranch, en Californie.

Les normes que l'EPA et le BLM ont proposées jusqu'à présent sont importantes - notre analyse montre qu'elles réduiront les émissions de méthane dues au pétrole et au gaz en 2025 de 28 millions de tonnes métriques de CO2e. Le problème est que des réductions supplémentaires - 75 millions de tonnes supplémentaires de CO2e - sont nécessaires pour atteindre l'objectif d'une réduction de 40 à 45 % de ces émissions d'ici 2025. C'est ce qu'on appelle le déficit d'émissions de méthane. L'administration a suggéré que de nouvelles mesures volontaires de réduction du méthane pourraient combler cet écart entre les réglementations proposées pour les sources nouvelles et modifiées et son objectif de 2025. Cependant, des analyses effectuées par le Groupe Rhodium et CATF montrent que même une participation totale de l'industrie au programme volontaire le plus agressif resterait bien en deçà de l'objectif de 40 à 45 %. Dans l'hypothèse optimiste où 100 % de l'industrie participerait à ce programme volontaire, ces engagements ne permettraient de réduire que de 10 % les émissions de méthane.ces engagements ne permettraient de réduire les émissions de méthane que de 21 millions de tonnes de CO2e (en plus des réductions découlant des règles proposées), ce qui laisse un écart de 54 millions de tonnes de CO2e, selon l'analyse de CATFanalyse. Bien sûr, nous savons par expérience qu'il n'y a aucune chance que l'industrie réalise plus qu'une petite fraction de ces réductions volontairement. Il est clair que des réglementations exécutoires sont nécessaires pour atteindre les objectifs du Président. En fait, des normes nationales strictes sur les équipements pétroliers et gaziers existants permettraient de réduire les émissions de 77 millions de tonnes de CO2e - suffisamment pour atteindre l'objectif de l'administration.

Aujourd'hui, alors qu'il ne reste plus qu'une année de mandat, le décor est planté pour que l'administration Obama mette en avant une dernière politique climatique pour lutter contre les émissions de méthane provenant de sources existantes dans le secteur pétrolier et gazier. L'opportunité est énorme. La réduction du méthane provenant de sources existantes permettrait à l'administration d'atteindre son objectif de réduction des émissions de méthane de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 2012 et pourrait réduire les émissions de plus de 75 millions de tonnes métriques de CO2e. Cela jouerait également un rôle essentiel pour aider les États-Unis à atteindre leur objectif de réduction totale des émissions de gaz à effet de serre que les États-Unis ont réaffirmé à Paris fin 2015, et les contrôles utilisés pour réduire les émissions de méthane réduiraient également les émissions d'autres polluants atmosphériques nocifs provenant des opérations pétrolières et gazières, qui comprennent des substances cancérigènes et des polluants qui forment le smog d'ozone troposphérique.

Aucune autre administration n'a fait autant pour lutter contre le changement climatique, et pourtant il reste encore du temps pour une action finale visant à réduire considérablement les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier des nations. Faites-le, et ensuite saluez, M. le Président.

Postes connexes

Tenez-vous au courant des actualités !

Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les derniers contenus des experts de CATF .

"*" indique les champs obligatoires