Skip to main content

Nouvelles règles pour le gaz : Une bonne politique, mais retardée

24 avril 2012

La semaine dernière, l'EPA a annoncé des normes de performance des nouvelles sources (NSPS) pour l'industrie du pétrole et du gaz naturel. Ces nouvelles règles constituent une étape importante et attendue depuis longtemps vers un meilleur contrôle de la pollution atmosphérique émise par ce secteur en pleine expansion.

Ces normes comprennent notamment la première réglementation fédérale en matière de pollution atmosphérique pour les puits de gaz naturel à fracturation hydraulique. Cette mesure, à laquelle s'ajoute la nouvelle réglementation relative à d'autres équipements de cette industrie, représente un progrès significatif dans la lutte contre la pollution atmosphérique, d'autant plus que les prévisions annoncent une dépendance croissante au gaz naturel pour la production d'électricité. Sans ces règles, la pollution atmosphérique provenant des nouveaux puits de gaz et des équipements continuerait d'augmenter ; l'industrie doit maintenant commencer à se nettoyer à l'échelle nationale. Lorsque la règle entrera pleinement en vigueur, les émissions de COV, un précurseur du smog au niveau du sol, seront réduites de centaines de milliers de tonnes par an ; les produits chimiques toxiques comme le benzène seront réduits de 12 000 à 20 000 tonnes par an. Et, comme co-bénéfice des mesures de contrôle de la pollution nécessaires pour atteindre les nouvelles normes, les émissions de méthane seront réduites de 1,0 à 1,7 million de tonnes par an. Cette règle apportera donc à terme des avantages significatifs en matière de qualité de l'air et de climat.

La mauvaise nouvelle est que la règle présente des lacunes importantes. La pire de ces lacunes est le report de deux ans et demi de l'obligation de "compléter en vert" les puits de fracturation - un processus qui empêche l'émission de polluants dans l'atmosphère. L'EPA a constaté que l'achèvement vert est le meilleur système de réduction des émissions pour ces puits - mais qu'il ne peut être exigé avant janvier 2015. Cette décision est consternante car elle est inutile. La technologie des complétions vertes consiste en un ensemble de réservoirs et de pièges, montés sur des camions, qui utilisent la gravité pour séparer le gaz naturel des fluides et des solides de fracturation. Si cela semble simple, c'est parce que ça l'est. C'est également bon marché. Les propriétaires de plus de 1 600 puits ont déclaré que les coûts étaient inférieurs à 20 000 dollars par puits. Et ce, avant de prendre en compte les revenus générés par la vente du gaz naturel que cette technologie permet de capter. En fait, l'achèvement écologique rapporte de l'argent aux producteurs de gaz naturel. Même avec les prix du gaz très bas actuellement, l'équipement nécessaire est rapidement rentabilisé et son utilisation permet d'éviter de grandes quantités de pollution. Les complétions vertes sont faciles et bon marché et sont déjà obligatoires dans plusieurs États.

Alors pourquoi attendre jusqu'en 2015 ? L'industrie a avancé de nombreux arguments pour retarder, voire supprimer, l'obligation d'achèvement des travaux d'écologisation. Cependant, CATF et d'autres ont démontré que ces arguments sont sans fondement. Par exemple, l'automne dernier, l'American Petroleum Institute (API) - un groupe de défense de l'industrie - a déclaré à l'EPA que seuls 200 jeux de l'équipement nécessaire aux complétions vertes peuvent être fabriqués par an. Avons-nous mentionné qu'il s'agit d'équipements assez simples ? L'industrie pétrolière a déployé de grandes quantités d'équipements dans les bassins de gaz de schiste au cours des dernières années - par exemple, en forant des milliers de puits et en installant près d'une centaine de stations de compression en un an dans un seul État - la Pennsylvanie. L'idée que cette industrie ne peut pas fabriquer plus de quelques centaines d'ensembles de réservoirs et de pièges par an n'est tout simplement pas crédible.

Comme le reconnaît même l'API, 300 jeux d'équipements de complétion existent aujourd'hui. En utilisant leur récent chiffre pour le nombre de puits qui nécessitent une fracturation - 25 000 puits par an (contre 20 000 puits par an dans leurs commentaires de novembre), seulement 700 jeux supplémentaires d'équipements de complétion sont nécessaires, puisqu'un seul jeu peut être utilisé sur 25 puits par an. L'estimation finale de l'EPA est que près de 13 000 puits de gaz sont fracturés par an, donc selon ce chiffre, seuls 220 nouveaux équipements sont nécessaires. Quoi qu'il en soit, un délai d'un an aurait été très suffisant pour permettre à l'industrie gazière de se procurer les équipements requis, qui sont rentables et permettent de capter une grave pollution atmosphérique. Cette industrie ne manque pas de ressources financières. C'est pourquoi le site CATFestime que le délai de 2,5 ans n'est tout simplement pas justifié par les faits.

L'EPA n'a pas laissé les puits de fracturation entièrement non réglementés pendant la période d'attente - et c'est une bonne chose, car les puits ventilés sont étonnamment sales. Dans l'intervalle, l'EPA a exigé des producteurs de gaz qu'ils brûlent le gaz naturel résiduel des puits fracturés. Mais la règle finale n'impose aucune limite ou exigence à cette pratique pour garantir que les torchères brûlent proprement afin de réduire les émissions. Il est certain que les torchères élimineront une grande partie des émissions de méthane et réduiront certains COV. Mais elles remplaceront ces émissions par du dioxyde de carbone, de la fumée et d'autres particules mortelles, des NOx et d'autres polluants atmosphériques nocifs pour la santé. Il est clair que le brûlage à la torche n'élimine pas les problèmes de pollution atmosphérique rencontrés par les personnes vivant à proximité qui souffrent déjà des impacts du forage. Il ne s'agit pas d'un contrôle adéquat de la pollution, et encore moins d'un contrôle de pointe, comme l'a reconnu l'EPA en fondant la norme sur l'utilisation de techniques de complétion écologiques.

Qui plus est, l'EPA a également déterminé que d'autres sources de l'industrie, comme les puits de gaz conventionnels, les puits de pétrole et les équipements de gaz naturel existants, resteront non réglementées. Par exemple, l'EPA a accordé un passe-droit à l'ensemble du segment de l'industrie du gaz naturel consacré à la transmission et au stockage. Il s'agit des pipelines interétatiques qui transportent le gaz naturel dans tout le pays. Là encore, cet affaiblissement par rapport à la règle proposée répondait aux arguments de l'industrie - elle prétendait que la pollution atmosphérique provenant des pipelines et des installations de stockage est trop diluée (avec du méthane !) pour être réglementée. Les réductions supplémentaires des COV et du méthane qui auraient résulté de la réglementation de cette partie de l'industrie n'auraient eu qu'un coût modeste. Il est regrettable que le transport et le stockage du gaz naturel, qui émettent plus de 2 millions de tonnes de méthane et 65 000 tonnes de COV par an, ne soient pas du tout couverts par ces règles.

Nous allons probablement beaucoup entendre parler des coûts de cette règle. Les coûts de la règle sont très faibles - dans de nombreux cas, comme les complétions vertes, les mesures requises permettent de conserver le gaz pour la vente, ce qui peut compenser le coût de la mesure en totalité ou en partie. Néanmoins, l'industrie a revendiqué des coûts très élevés - sur la base d'arguments incorrects. Par exemple, l'API a utilisé le chiffre exagérément gonflé de 180 000 dollars par achèvement vert, qu'elle a obtenu en faisant valoir que chaque ensemble d'équipement devrait être loué pendant 30 jours par puits. Mais aucun producteur n'a jamais fait état de coûts réels approchant même ce chiffre. De plus, l'estimation de l'API est basée sur l'idée déraisonnable que l'équipement doit être loué séparément pendant au moins 30 jours pour chaque puits distinct, malgré le fait que les producteurs de gaz forent de multiples puits sur des emplacements uniques qui peuvent tous être complétés les uns après les autres. L'achèvement d'un puits prend environ une semaine, il n'est donc pas nécessaire de louer des équipements pendant 30 jours par puits. Le chiffre de l'API est basé sur cette hypothèse erronée (et d'autres) et est trop élevé.

En bref, la nouvelle règle de l'EPA sur le pétrole et le gaz est une grande amélioration par rapport au statu quo, mais elle est plus faible que ce que la technologie et l'économie actuelles permettent. Nous nous emploierons à défendre les normes contre de nouvelles attaques (rhétoriques et autres) fondées sur les affirmations incohérentes et inexactes que nous avons déjà vues. CATF a également l'intention de continuer à travailler avec l'EPA, les États, les partenaires industriels et nos ONG partenaires pour obtenir de nouvelles réductions des émissions de l'industrie pétrolière et gazière. Peu d'autres sources de pollution atmosphérique et climatique peuvent être nettoyées aussi rapidement et à moindre coût que celle-ci, et c'est sur ce point que nous resterons concentrés.

Postes connexes

Tenez-vous au courant des actualités !

Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les derniers contenus des experts de CATF .

"*" indique les champs obligatoires